Investissement locatif sans apport : est-ce possible ?

Vous voulez enrichir votre patrimoine ? L’investissement dans le locatif est l’un des meilleurs moyens pour y arriver. Vous obtenez également des revenus complémentaires grâce à l’encaissement des loyers. Mais comment financer une telle opération, surtout quand on ne dispose pas l’apport nécessaire ? Voyez ce qui suit.

Investissement immobilier sans apport, c’est quoi ?

Un projet immobilier requiert un investissement financier important. Il est en grande partie couvert par un prêt obtenu auprès d’une banque ou d’un établissement de crédit spécifique. Le reste est assuré dans la majorité des cas par votre apport. Son montant est de l’ordre de 10 %. Il permet de couvrir les frais de dossier, de notaire et de mise en place de la caution ou de l’hypothèque.

Même si l’apport n’est pas obligatoire, il rassure la banque sur votre implication et augmente votre chance d’obtenir le prêt immobilier. Par ailleurs, il vous place dans une meilleure position pour négocier des conditions avantageuses : taux d’intérêt favorable, assurances moins chères, dispense de frais de dossier, etc.

Mais lorsque vous ne disposez pas de fonds nécessaire pour constituer l’apport, surtout dans le cas où vous avez déjà investi dans votre résidence principale, ou ne souhaitez pas bloquer votre épargne sur une aussi longue durée, sachez qu’il est toujours possible de concrétiser un projet immobilier. Voici comment.

Comment réaliser un projet d’investissement locatif à 110 % ?

Lorsque vous ne pouvez pas fournir d’apport, vous pouvez demander à la banque un financement complémentaire pour couvrir les différents frais relatifs à votre emprunt. On parle alors de prêt à 110 %. Ce type d’opération est assez fréquent dans l’investissement locatif : les investisseurs particuliers ou SCI ou même SCPI ne disposent en général pas de trésorerie au départ pour composer l’apport. Ils comptent ensuite sur les revenus locatifs pour rembourser les mensualités d’emprunt.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, présentez un dossier impeccable :

  • un profil de bon gestionnaire : compte bancaire sans découvert, pas d’appel au crédit à la consommation, épargne régulière ;
  • taux d’endettement bien en dessous de 33 % ;
  • reste à vivre confortable ;
  • emplacement attractif du bien pour trouver facilement des locataires et le revendre aisément en cas de problème.

Par ailleurs, les banques vérifient que le prêt pour investissement locatif ne bloquera pas l’obtention d’un autre emprunt pour l’achat de votre résidence principale, si ce n’est pas déjà fait.

Rachat de prêt hypothécaire dans le cadre d’un prêt sans apport

Une autre manière de financer votre projet immobilier locatif sans apport est de procéder au rachat d’un premier crédit hypothécaire. Dans le nouveau contrat, demandez à inclure le montant du deuxième emprunt. L’intérêt de ce dispositif est multiple : vous n’avez plus qu’un seul remboursement à gérer et l’hypothèque porte sur le premier bien. Cette alternative est intéressante lorsque vous avez déjà un prêt immobilier en cours.

Adressez-vous aux établissements financiers spécialisés dans les crédits hypothécaires. Ils accordent des délais de remboursements en général plus longs et sont peu regardants sur l’absence d’apport. Le rachat de crédit hypothécaire est ouvert aux particuliers comme aux professionnels. Vous trouverez des sites où vous pouvez faire des simulations, même pour un investissement locatif. Ils vous permettent de détecter les banques qui proposent ce type d’opérations et de comparer les taux d’intérêt pratiqués.

Vous venez de voir qu’il existe deux manières pour réaliser un investissement locatif sans apport : un prêt à 110 % ou un rachat de prêt hypothécaire. Avez-vous déjà eu recours à l’une d’elles ?