Quels sont les taux de crédit immobilier aujourd’hui ?

Vous avez l’intention d’acheter une maison ou un appartement ? Vous réfléchissez à un futur emprunt pour votre achat, mais vous vous demandez quels sont les taux de crédit immobilier aujourd’hui? Découvrez dans cet article quelles sont les tendances actuelles pour les taux de crédit immobilier.

Marché français et taux immobiliers

Des taux immobiliers au beau fixe

Les taux immobiliers affichés mi-août 2019 confirment une tendance présente sur les marchés depuis quelques mois, voire quelques années : ils atteignent des records historiques de faible valeur. Cette bonne nouvelle bénéficie aux acheteurs qui voudraient passer devant le notaire dans les prochains mois. Les conditions d’acquisition d’un bien immobilier sont en effet exceptionnelles, en ce qui concerne l’acceptation de la part des établissements bancaires des dossiers de demande de prêt.
Les profils prémium, qui réunissent des conditions idéales pour les banques, en bénéficient également, car les conseillers peuvent leur soumettre des décotes avantageuses.

Les taux immobiliers en analyse

Sur le territoire français, on constate pas moins de 27 taux nominaux (taux d’intérêt sans les frais additionnels) en baisse sur les crédits immobiliers minis. Les taux du marché sont, eux, en stagnation dans l’ensemble, malgré certaines baisses. Tous les consommateurs qui ont un projet immobilier devraient profiter de cette belle opportunité : acheter une résidence principale, faire un investissement locatif ou demander une renégociation de son crédit à son agence bancaire, c’est l’occasion de s’intéresser de près au marché.

Si les particuliers profitent de taux aussi bas, cela signifie également que les organismes prêteurs se financent aux mêmes conditions. Les taux ne devraient donc pas augmenter significativement à la rentrée. Cependant, certaines banques ont déjà atteint leurs objectifs en termes de clients et n’ont donc plus autant intérêt à proposer des taux attractifs pour attirer une nouvelle clientèle.

Chiffres concrets des taux immobiliers

Voici une analyse des chiffres du mois d’août 2019, effectuée sur 7 régions et 6 durées références.

Les taux des prêts immobiliers minimaux (réservés aux profils les plus intéressants) sont ceux qui continuent le plus souvent à baisser. Il s’agit de crédits contractés pour 10, 15, 20 et 25 ans qui montrent une baisse de 4 à 18 centimes.

Les taux immobiliers du marché sont, quant à eux, en train de stagner, même si 17 d’entre eux suivent la tendance et baissent entre 5 et 10 centimes pour les prêts sur 7, 10, 15 et 20 ans. Aucune hausse n’est constatée.

Il est possible, sur tout le territoire français, d’emprunter à partir de 0,70 % sur 15 ans ou de 0,90 % sur 20 ans !

Pour faire une comparaison, au mois de janvier 2019, le taux immobilier minimal moyen était de 1,25 %. Ce que l’on considérait alors comme une valeur basse est aujourd’hui largement dépassée par les taux du mois d’août.

Les taux immobiliers et votre région de résidence

Selon la région où vous habitez, les taux immobiliers ne sont pas les mêmes. Notre baromètre présent sur le site vous permet de comparer les taux en vigueur sur le territoire, selon les régions. Pour y accéder, il vous suffit de choisir la région qui vous intéresse et vérifier quels taux y sont pratiqués. Ainsi, vous pouvez savoir quelle est la région où un emprunt immobilier est le moins cher. Cela peut être intéressant pour vous si vous prévoyez une mutation professionnelle ou un changement de vie de la ville à la campagne, par exemple.

Le baromètre vous indiquera les taux minimaux, les taux maximaux et les taux moyens avant les négociations d’usage.

Vous pouvez aussi comparer les évolutions de taux sur les quatre dernières années en consultant le récapitulatif mis à disposition. Il vous permet de vérifier l’historique des taux en vigueur sur les 6 derniers mois, ou l’année dernière, ou les 4 dernières années. Vous avez la possibilité de choisir le type de crédit que vous voulez examiner, si son taux est moyen ou maximal et ses conditions.

Selon les variations du marché, il peut exister de grandes différences de taux nominal entre régions. Ces écarts peuvent représenter des sommes de plusieurs milliers d’euros pour le client de la banque.

Par exemple, en janvier 2016, un taux mini était plus bas de 0,20 % en région Nord que sur le reste de la France, pour un emprunt de 25 ans.

Un habitant du Nord de la France pouvait alors se voir accorder un taux immobilier de 2,15 % pour cette durée, alors que dans le reste du pays, ce même crédit aurait un taux de 2,35 %. La différence de coût global de l’investissement était de 5 944 €, sans compter les échéances d’assurance emprunteur.

Taux immobiliers et facteurs qui les influencent

Les cours des banques

Les taux d’intérêts ne sont pas les mêmes d’une année sur l’autre, ni d’un mois à l’autre. Comment expliquer ces évolutions ?

La première des raisons est que l’État emprunte de l’argent aux banques pour financer ses besoins à long terme, ce qui constitue les OAT (Obligations Assimilables au Trésor). Les hausses et les baisses des taux immobiliers suivent le cours de ce taux de OAT fixe.

La deuxième raison est que les taux variables sont eux aussi influencés par l’évolution d’une banque, en l’occurrence, la Banque Centrale Européenne.

Enfin, sachez que les grands événements politiques comme les élections peuvent aussi avoir une influence sur les taux d’intérêts des prêts immobiliers.

L’assurance de prêt immobilier

Cette assurance, appelée aussi assurance emprunteur, est obligatoire lors de la signature du contrat de prêt. Elle couvre le remboursement des échéances de l’emprunt immobilier si votre conjoint ou vous ne pouvez plus travailler. Elle protège la banque des impossibilités de paiement en cas de décès ou d’incapacité de travailler, temporaire ou définitive.

Dans ce cas, le capital restant dû est remboursé à la banque et vos héritiers ne craignent rien.

Les échéances de l’assurance emprunteur sont calculées proportionnellement au capital emprunté. Plus vous empruntez, plus la prime d’assurance sera élevée.

Vous pourrez souscrire à deux types d’assurance : soit une assurance collective, généralement proposée par les établissements bancaires, soit une assurance individuelle, que vous choisirez en dehors de votre banque. En effet, c’est autorisé depuis la mise en place de la loi Murcef. On appelle cela une “ délégation d’assurance “.

Depuis 2014, vous pouvez aussi changer d’assurance de crédit immobilier si la vôtre ne vous convient pas. Pour cela, il faut remplir deux conditions : le nouveau contrat doit respecter les mêmes garanties que celui signé avec votre banque, et que cette signature date de moins d’un an.

Période de taux bas, l’idéal pour renégocier son crédit

Si vous êtes propriétaire depuis quelques années grâce à un emprunt immobilier, une période de taux bas comme actuellement est propice à une renégociation. Cette opération consiste à signer un nouveau contrat de prêt avec pour base le capital restant dû du contrat antérieur.

Évidemment, avec des taux d’intérêts aussi bas que ceux d’aujourd’hui, vous devriez réaliser de belles économies. Attention, toutefois, à bien calculer votre renégociation. De nouveaux frais de dossier et les indemnités de remboursement anticipé doivent être pris en compte pour être sûr de faire une bonne affaire.

Vous vous demandiez quels sont les taux de crédit immobilier aujourd’hui. Avez-vous vos réponses ? Si vous avez besoin d’autres compléments d’information, n’hésitez pas à faire appel à un courtier en immobilier, il saura vous aider.

Dans le même theme