Comment obtenir un crédit immobilier sans CDI ?

Votre projet d’achat immobilier avance, mais vous n’avez pas de CDI ? Les banques ne vous font pas confiance et vous n’arrivez pas à obtenir un prêt immobilier ? Que vous soyez en CDD, au chômage, auto-entrepreneur, ou en profession libérale, il est possible d’obtenir un crédit immobilier sans CDI. Voici comment mettre toutes les chances de votre côté pour rassurer votre banquier.

Pourquoi est-ce plus difficile d’obtenir un crédit immobilier sans avoir un CDI ?

Avant d’accorder un prêt, les banques doivent être en mesure d’évaluer les garanties de remboursement sur du long terme. Si elles se retrouvent face à un impayé, elles ne récupèrent pas toujours l’argent si le tribunal décide qu’elles n’ont pas été assez prévoyantes.

Elles sont donc beaucoup plus frileuses dès qu’elles considèrent que les capacités de remboursement sont incertaines. Les travailleurs indépendants, les intérimaires, les professions libérales et les contrats en CDD sont les plus touchés.

Avoir un bon dossier pour obtenir un prêt immobilier sans CDI

Les acheteurs sans CDI se retrouvent souvent face à des refus de la part des banques. Pourtant, c’est possible d’obtenir un crédit immobilier sans CDI. Le plus souvent, la banque s’appuie sur le contrat de travail et la stabilité des revenus pour accorder ou non un emprunt.

Apporter une vision à long terme aux organismes prêteurs

Quand la banque n’a pas assez de garanties, le dossier est refusé. Face à un emprunteur sans CDI, c’est surtout d’une visibilité à long terme dont elle a besoin. Le mieux, c’est de fournir des documents qui prouvent vos capacités de remboursement et l’ancienneté de votre entreprise ou de votre CDD.

Avoir des revenus stables

La régularité des revenus est aussi primordiale. Des salaires très élevés certains mois et très faibles les autres mois mettront moins les banques en confiance. Par contre, des revenus moins hauts, mais stables d’un mois à l’autre vont jouer en votre faveur.

En résumé, plus les garanties sont nombreuses, plus les banques sont rassurées. L’accord du crédit sera donc plus facile à obtenir.

Faire un crédit en couple avec une personne en CDI

Pour les emprunts en couple, quand l’un des deux conjoints est en CDI, la banque prend en compte uniquement les revenus de cette personne pour déterminer le taux d’endettement. Généralement, les taux d’endettements peuvent atteindre dans ces cas-là les 42 % (au lieu de 33 % habituellement accepté). Les revenus de l’autre emprunteur (en CDD ou indépendant) ne sont pas pris en compte, mais ils peuvent tout de même apporter une aide au dossier si le taux d’endettement dépasse les 33 %.

  • Pour les indépendants :Les travailleurs non-salariés (auto-entrepreneurs, artisans, intermittents, commerçants et professions libérales) peuvent avoir un bon dossier. Pour cela, ils doivent travailler depuis 3 ans minimum et être en mesure de présenter leurs trois derniers bilans annuels. Si la banque voit qu’il n’y a eu aucun problème particulier durant l’activité et que les revenus sont stables, le prêt sera accordé plus facilement.

    Les professions libérales doivent quant à elles justifier d’au moins deux ans d’ancienneté.

  • Pour les travailleurs en contrat CDD, saisonnier ou intérimaire :En fonction de la durée du contrat et de l’employeur, les banques ne sont pas toujours trop exigeantes. Par exemple, les contractuels de la fonction publique sont considérés comme des fonctionnaires par les organismes prêteurs, même si leur contrat est d’une durée d’un an. Être en CDD ne posera donc pas de problème auprès des banques.

    Par contre, une personne en CDD dans le secteur privé doit avoir un contrat de 3 ans renouvelable. Cette durée est plus rassurante pour les banques et elles considèrent que des revenus stables sont assurés pendant une longue période.

    Les saisonniers doivent pouvoir justifier d’une activité régulière sur 4 ans, et les travailleurs intérimaires sur 18 mois.

Emprunter sans CDI avec un apport

Un crédit immobilier sans CDI, mais avec un apport est tout à fait possible. Pour mieux convaincre la banque, vous devez prouver que vous avez une bonne épargne et que vous savez gérer votre argent. En présentant un apport important, vous mettez toutes les chances de votre côté en prouvant à votre banquier que vous avez des revenus réguliers.

Généralement, les banques demandent au moins 10 % du montant total emprunté et les frais de notaire.

Si vous souhaitez acheter un appartement ou une maison sans apport et sans CDI, les démarches risquent d’être plus longues. L’une des solutions pour faire valider votre dossier : avoir un bon garant dans votre entourage pour se porter caution. Son dossier sera examiné attentivement. S’il est en CDI, votre prêt pourra être plus facilement accordé.

Obtenir un prêt immobilier en étant au chômage

Avec les allocations d’aide au retour à l’emploi

Quand l’emprunteur est au chômage, la banque étudie en priorité le taux d’endettement. Si des allocations chômage sont perçues, elles sont considérées comme un revenu tant que la période d’indemnisation est assez longue.

Votre dossier sera susceptible d’être accepté si le montant de vos allocations mensuelles est proche du loyer que vous versez actuellement. Sinon, vous pouvez toujours revoir votre projet à la baisse en augmentant la durée du prêt. La banque sera ainsi moins réticente à valider votre dossier.

Une bonne gestion de ses comptes bancaires

Avant d’accorder un prêt, les banques consultent souvent l’historique des mouvements financiers sur votre compte. Elles vérifient votre manière de gérer vos revenus : découverts ou non, argent épargné tous les mois…

Si la banque vous refuse votre crédit immobilier après avoir consulté votre compte, vous pouvez éventuellement contacter un courtier en crédit immobilier.

Se renseigner auprès des aides

Certains dispositifs permettent aux personnes au chômage ou avec de faibles ressources d’obtenir plus facilement un crédit immobilier. La Caisse d’allocations familiales (CAF) peut financer une partie du remboursement de l’emprunt avec le Prêt à l’accession sociale (PAS).

Cette aide prend en compte vos ressources et votre zone géographique (elle est accessible surtout en zone rurale). Lorsqu’elle est attribuée, elle permet de diminuer les frais de dossier et de bénéficier de l’aide personnalisée au logement (APL) pour rembourser une partie des mensualités d’emprunt.

Vous pouvez également opter pour un prêt à taux zéro (PTZ) pour profiter d’un financement sans intérêt. Toutefois, toutes les zones géographiques ne sont pas éligibles, renseignez-vous au préalable auprès des organismes.

Des taux différents en souscrivant à un crédit immobilier sans CDI

Vous avez enfin réussi à obtenir votre crédit immobilier sans avoir de CDI ? La seule différence notable, c’est le taux appliqué sur votre emprunt. Il risque d’être entre 0,2 et 0,3 point supérieur par rapport à une personne en CDI.

Notez également que vous ne pourrez pas passer par un organisme de cautionnement. Tournez-vous plutôt vers un prêteur de deniers pour garantir votre crédit.