Crédit immobilier refusé : que faire ?

Vous êtes sur le point de signer pour l’achat d’un logement. Vous avez fait toutes les démarches nécessaires auprès de votre établissement bancaire pour obtenir un prêt, mais votre dossier vient d’être refusé : votre banque ne veut pas vous accorder de crédit. Quelles sont les solutions en cas de refus de prêt par la banque ? On vous donne quelques éclairages.

Comprendre les raisons du refus

Les organismes bancaires ont l’obligation légale de vérifier la solvabilité de l’emprunteur, c’est-à-dire de s’assurer de sa capacité de remboursement. Pour répondre à cette exigence, les banques mettent en place des critères de sélection, plus ou moins stricts.

Sachez tout d’abord que vous pouvez demander à connaître les raisons d’un refus. La banque est, en effet, tenue à vous en informer. Il suffit de lui adresser une demande écrite, en retour du courrier de refus qu’elle vous a adressé.

Les critères sur lesquels la banque base sa décision sont divers et sont parfois rédhibitoires. C’est le cas d’un endettement trop important, c’est-à-dire lorsque la mensualité (ou la mensualité ajoutée à d’autres mensualités déjà existantes) dépasse 33 % des revenus mensuels de l’emprunteur. Même si cette charge, liée aux emprunts, est inférieure à 33 %, la banque peut estimer que les revenus ne permettront pas de maintenir un reste à vivre suffisant au train de vie du foyer. Le taux d’endettement (appelé aussi taux d’effort) peut ainsi être évalué comme trop élevé.

La banque peut également faire valoir des raisons liées à la gestion de vos finances comme, par exemple, une accumulation de crédits à la consommation, des découverts trop fréquents, des défauts de paiement de précédents emprunts, une inscription au FICP (fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers).

La banque considère la situation professionnelle comme un critère décisif indiquant la stabilité des revenus. Une situation instable sera retenue comme une raison suffisante de refus.

Enfin, l’obtention d’une assurance emprunteur est indispensable et peut justifier un refus de crédit. Ainsi, les emprunteurs ayant des profils particuliers, comme les personnes atteintes d’une maladie grave, les personnes exerçant des métiers considérés comme à risques (pompiers, militaires, gendarmes, sportifs, etc.) peuvent être systématiquement refusés par les organismes d’assurance proposés par les banques. Or, la souscription à une assurance de prêt est obligatoire pour souscrire à un prêt.

Identifier la ou les raison(s) du refus de prêt par votre banque est la première étape indispensable pour trouver une solution à votre problème.

Réviser votre demande

En fonction de la raison avancée par la banque pour refuser votre demande de prêt, il peut être intéressant de revoir votre dossier. Vous pouvez, par exemple, proposer un apport personnel plus important ou une durée de prêt plus longue. Ces éléments permettent d’alléger le montant des mensualités et d’ainsi retrouver un peu de pouvoir d’achat.

Vous pouvez aussi défendre des arguments sur les points forts et la valeur du bien que vous souhaitez acquérir, en mettant en avant sa plus-value potentielle.

Accepter des concessions

Pour réajuster votre demande, pensez à revoir vos critères par rapport à votre recherche de bien immobilier. Il peut être judicieux de revoir la surface habitable, la situation géographique, la taille du jardin, le niveau des prestations, etc. pour permettre de revoir le budget à la baisse et obtenir votre prêt.

Contacter d’autres banques

Les banques ont des seuils de tolérance différents selon les critères évalués dans le cadre d’une demande de prêt. Il est important de déposer une demande de crédit auprès d’autres organismes bancaires. Le refus de la part d’une banque ne présage pas un refus de la part de toutes les banques. Certaines ont des exigences plus souples, d’autres proposent des solutions telles que le prêt à taux mixte ou le prêt lissé (appelé aussi prêt à paliers).

Faire appel à un courtier

Un courtier immobilier peut être une aide précieuse pour évaluer votre dossier et faire en sorte qu’il réponde aux critères exigés par les banques. Il bénéficie d’un large réseau de relations et vous permettra d’avoir accès aux organismes pouvant répondre à votre demande. Certains courtiers sont même spécialisés dans les profils d’emprunteurs estimés comme étant “à risques”. Ils sont répertoriés dans le registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance, l’ORIAS, accessible en ligne : https://www.orias.fr/.